Drapeau de l'Angoumois

Drapeau de l'Angoumois  

Drapeau de l'Angoumois

Drapeau, armoiries et emblèmes de l'Angoumois.

 

ANGOUMOIS


 


Procession funèbre de la reine Elisabeth I d'Angleterre (1603).

 Défilent en tête, les bannières de ses ancêtres. Henri II (deux léopards)
marié à Alienor d'Aquitaine (un leopard) ;
Jean-Sans-Terre (trois léopards)
marié à Isabelle d'Angoulème (le losangé).

 


Valois-Angoulème

 

Drapeau du Poitou-Charentes
Drapeau du Poitou-Charentes

 

ANGOUMOIS. Ancienne province de France, limitée au nord par le Poitou, à l'est par la Marche et le Limousin, au par le Périgord, à l'ouest par la Saintonge. Province couvrant actuellement une bonne partie du département de la Charente. Cap. Angoulême.


Histoire de l'Angoumois

La cité d'Angoulême (cité est ici pris dans son sens latin de "civitas" c'est-à-dire synonyme de pays) est constituée au IVe siècle pour des raisons militaires. Elle est confirmée en ce sens, après la conquête franque sur les Wisigoths, comme le pagus Engolismensium dirigé par un comte. La possession du pays va être très disputée jusqu'au IXe siècle. A cette date, c'est la puissante dynastie des Taillefer, vassaux des comtes de Poitou, qui règnera sur l'Angoumois, jusqu'à Isabelle Taillefer, reine d'Angleterre puis comtesse de Lusignan. Le pays retournera au Poitou, après le règne des Lusignan. Philippe le Bel l'incorpore à son royaume en 1308. Mais cédée à l'Angleterre après le traité de Brétigny de 1360, reconquise par Charles V en 1373 pour être donnée à une branche cadette des Valois-Orléans, cette région sera définitivement réunie à la Couronne sous François Ier et sera érigée en duché-pairie, en 1515.


Origine du drapeau de l'Angoumois

Le drapeau provient de la bannière héraldique. Les armes sont celles de la dynastie des Taillefer, qui régna sur l'Angoumois, dont Wulgrin fut le premier représentant. C'est son petit-fils, Guillaume, qui donnera le nom de Taillefer à la dynastie, car il aurait tué un chef normand d'un coup de sabre qui, malgré l'armure, le fendit de haut en bas !. C'est en souvenir de cette glorieuse bataille que ces armes (et leur nom) ont été attribuées par la suite aux Taillefer. En effet, on peut parler d'allusion au nom (ce ne sont pas des armes parlantes), car il s'agit de taillés et de tranchés (et non un losangé), répétés plusieurs fois pour rappeler la violence du combat, le tout au couleur des Plantagenêts, pour légitimer leur filiation.


Officialisation des armes et du drapeau de l'Angoumois

Ces armes sont connues depuis les Taillefer. Mises en bannière, elles sont aujourd'hui utilisées aussi bien par les particuliers que le Conseil Général de la Charente. Le drapeau est enregistré par la SVO 01MR04.


Autre drapeau de l'Angoumois

Jean d'Orléans, comte d'Angoulême, a donné naissance à la branche des Valois-Orléans. Sur les armes des Valois, il rajoute une brisure (les croissants sur le lambel) pour identifier la branche d'Angoulême.


Taille et proportions des drapeaux picto-charentais

Tous les drapeaux de cette province, pour marquer son unité et sa particularité, mais aussi dans le but d'avoir une politique vexillologique cohérente, doivent être de mêmes proportions. Proportions : 1/2 (1 unité de largeur sur 2 unités de longueur), conformément aux usages vexillologiques en Poitou-Charentes.


Liens et sources

- Jean-Marie Ouvrard Armoiries du comté d'Angoulême Bull. SHP 1997.


Texte et dessins

Thierry Gilabert - SVO jan. 2002.