COULONGES-SUR-L'AUTIZE

Drapeaux, armoiries, symboles et emblèmes de la ville de Coulonges-/-Autize


     

Armoiries de la ville de Coulonges-sur-l'Autize

 


Drapeau de la Gâtine


Drapeau du Poitou-Charentes

 

[79] POITOU. DEUX-SEVRES. COULONGES-SUR-l'AUTIZE. La commune de Coulonges-sur-l'Autize se situe à l'ouest du département des Deux-Sèvres, au sud de la Gâtine, à la limite de la Vendée et à 15 km du Marais Poitevin. Population 2.362 habitants (les Coulongeois).

Origine du nom de la ville de Coulonges : anciennement villa Ecolonii au Xe siècle, Coulonges vient d'une forme régionale de l'ancien français colange, issu du latin colonica. Le terme était utilisé à l'époque gallo-romaine pour un terrain agricole exploité par des colonii. Les colonii étaient des ouvriers libres (contrairement aux serfs). L'Autize (orthographiée Autise en Vendée) était Altizia en 835, Altezia en 869, Altisia au XIe siècle, Autise aux XVe et XVIIe siècles. Est issu des racines Al- pré-indo-européenne et du suffixe -is de Isère.

Histoire de Coulonges-sur-l'Autize : la première mention de Coulonges date de 978, sous la forme villa Ecolonii, domaine agricole exploité par des "colons", ouvriers livres vivant en communauté. Une église, un prieuré et un château sont construits un siècle plus tard. Le comte du Poitou, Richard Coeur-de-Lion, remet la garde du château de Coulonges à son vassal Hugues de Beaussay. En 1207, la châtellenie de Coulonges est érigée par Alphonse de Poitiers, frère du roi de France, et prend le nom de Coulonges-les-Royaux. Jusqu'à la fin du moyen-âge, Coulonges suit le sort de la province de Poitou, alternant les dominations anglaises et françaises, subissant les affres de la guerre de Cent-Ans. La seigneurie de Coulonges-les-Royaux passe à la famille d'Estissac. Titulaires de charges à la cour du roi, les d'Estissac sont comblés des faveurs royales jusqu'à ce que Jean d'Estissac tombe en disgrâce. Le roi Louis XI fait raser sur son ordre la forteresse médiévale de Coulonges. En 1544, les d'Estissac de nouveau bien en cours, font construire un nouveau château, son l'impulsion de Geoffroy d'Estissac. Son neveu Louis d'Estissac donne au nouveau château tout son éclat et son faste. Privée de descendance mâle, les d'Estignac s'éteignent dans la famille de La Rochefoucauld. Les mouvements de troupes accompagnent les guerres de religion, répandent la terreur et font peser de lourdes charges sur le pays. Bastion catholique au milieu d'un pays gagné aux idées nouvelles, la petite ville de Coulonges n'est pas épargnée. La signature de l'édit de Nantes ramène pour un temps la paix. Un demi-siècle plus tard, l'impulsion donnée par Colbert au commerce trouve un écho sur le plan local, avec le développement du tissage et du commerce des draps. En 1709, après une très mauvaise récolte, pour empêcher le grain de partir approvisionner une autre région ou l’armée, les paysans pillent les greniers royaux dans la nuit du 19 au 20 avril. Lorsque la Révolution éclate, la population accueille plutôt bien les réformes, bien que la campagne environnante (le nord de la Gâtine et le Bocage qui entoure le pays), est le théâtre des affrontements des guerres de Vendée. Sous l'Ancien Régime, Coulonges dépendait de l'élection du Bas-Poitou (Vendée), le nouveau découpage administratif en fait un chef-lieu de canton des Deux-Sèvres, dépendant de l'arrondissement de Niort. Aujourd'hui le bourg de Coulonges s'organise comme une petite ville rurale. Le XIXe siècle est une époque prospère. De cet essor économique, en liaison avec l'exploitation des fours à chaux, se traduit par le percement de routes importantes, l'installation de la voie ferrée et la construction des halles.

Drapeau de Coulonges-sur-l'Autize : le puissant drapeau de la commune de Coulonges vient des armoires dont il reprend les éléments sur toute l'étoffe.

Armoiries de Coulonges-sur-l'Autize : palé d'argent et d'azur. La commune de Coulonges porte les armes des Estissac.

Liens et sources :
- site de la Ville de Coulonges-sur-l'Autize - infos tourisme.
- site de la Communauté de Communes Gâtine - Autize.
- photos aériennes de Coulonges-sur-l'Autise.
- G. T. Beech - La Gâtine poitevine aux XIe et XIIIe siècles.
- Cassagne Seguin - Origine des Noms des Deux-Sèvres.
- J.-L. Le Quellec - Origine des Noms de Vendée.
- Grand Dictionnaire Encyclopédique Larousse.

 

Index | France | Poitou-Charentes | Deux-Sèvres | Drapeaux, armoiries, symboles et emblèmes de Coulonges.
©2001 - 2017 Société Vexillologique de l'Ouest | © Thierry Gilabert
Utilisation gratuite et libre des images, si la source "Société Vexillologique de l'Ouest" est indiquée avec un lien renvoyant sur cette page.