LES SABLES D'OLONNE

Drapeaux, armoiries, symboles et emblèmes des Sables d'Olonne


     

 

 

Drapeau de la Vendée
Drapeau de la Vendée


Drapeau du Poitou historique

drapeau du Poitou Historique

 

[85] POITOU. VENDEE. LES SABLES D'OLONNE. Les Sabll (en poitevin). Chef-lieu de canton et d'arrondissement, sous-préfecture de l'ouest du département de la Vendée, principale ville de la côte de Lumière, station balnéaire, port de pêche, de commerce, de plaisance et ancien port du Poitou Historique, les Sables d'Olonne vit aujourd'hui essentiellement du tourisme. La ville accueille les compétiteurs du Vendée Globe tous les quatre ans. La ville compte 15.000 habitants (les Sablais) et 48.000 dans son agglomération. Le pays des Olonnes regroupe les Sables d'Olonne, Olonne-sur-Mer, Château d'Olonne et l'Isle d'Olonne. la ville est jumelée depuis 1975 avec Schwabach en Allemagne, Worthing au Royaume-Uni et depuis 2005 avec Sliema à Malte

Origine du nom des Sables d'Olonne : anciennement Ad sabulas au XIe siècle, paganea de Sables, Saburoe au XIIe siècle, Sabuli au XIIIe siècle, Sabulis Olone au XVe siècle, de Sabulis Olonoe au XVIe et les Sables d'Aulonne au XVIIe siècle, le nom vient directement du latin sabulum (pour "sables"), déterminé par le nom de la commune voisine Olonne, ancienne Isle Olonne. Olonne viendrait peut-être des racines celtiques oll (grand) et -onna (eaux).

Histoire des Sables d'Olonne : il existe des traces d'occupation celtique de la région. Un village gaulois devait exister avant la conquête romaine, comme l'atteste le nom d'Olonne. Au IXe siècle, le pays est ravagé par les Normands, qui s'installent sur la côte, avant d'être délogés par l'armée du comte de Poitou. Au Xie siècle l'église St-Nicolas est édifiée sur la pointe de la Chaume. Par le mariage d'Aliénor d'Aquitaine, le Poitou passe sous la domination anglaise. Leur fils, Richard Coeur-de-Lion, comte de Poitou, fait de Talmont sa résidence favorite. Sur l'ancienne Ile d'Olonne, reliée par un banc de sable à la Chaume, Savary Ier de Mauléon, séneschal du Poitou, prince de Talmont, chargé de la surveillance des côtes poitevines, entreprend, en 1218, la construction d'un havre au fond d'une baie. Le port des Sables à vocation à remplacer le port de Talmont s'envase inexorablement. Le bourg se développe alors sur le versant nord de la dune. Des marais salants sont créés et la population locale plante des vignes dans toute la région. Le commerce avec les Iles Britanniques est florissant. Les échanges maritimes de sel et de vin se poursuivent vers l'Europe du Nord. En 1472,Louis XI, roi de France ordonne la fortification de la ville et favorise l'accroissement du port. En 1498 le port est devenu suffisamment important pour acceuillir une centaine de navire chaque année. En 1602, les Sables devient l'un des huit sièges d'élection du Bas-Poitou. La paroisse des Sables d'Olonne est créée au XVIIe siècle et en 1623 la chapelle Sainte-Anne est construite. En 1639, c'est l'abbaye Sainte-Croix qui est achevée. En 1646 on construit l'église Notre-dame de Bon-Port. L'économie est surtout basée sur la pêche à la baleine au large des côtes de la Nouvelle-France, puis la pêche à la morue. Le port devient au XVIIe siècle le premier port morutier de France, et arme plus de bâteaux pour la pêche à la morue au large de Terre-Neuve que Nantes ou La Rochelle. En 1751, le remblai est construit. En 1753, la Chaume est rattachée aux Sables-d'Olonne. En 1756, la ville est dotée d'armoiries après avoir obtenu le droit de faire commerce aves les iles américaines. Pendant la Révolution, la région des Sables reste fidèle à la République. Dans une Vendée déchirée, en 1793, la ville repousse les assaults des insurgés. En 1809, devant le port des Sables, à lieu une bataille entre les marines françaises et anglaises. La ville résiste aux bâteaux anglais et défend le blocus continental établi par Napoléon. Au XIXe siècle la ville et le port se modernisent. La pêche à la sardine et au thon assure l'essor de la grande poissonnerie, des conserveries et de la construction navale (fabrications des dundees). Les premiers établissements de bains sont construits en 1825 et le tourisme commence à se développer. Les Sables d'Olonne devient une station mondaine fréquentée par l'élite artistique grâce notamment à l'ouverture de la ligne ferroviaire Paris-Les Sables. C'est la Belle Epoque sablaise. En 1944, l'armée allemande en fuite, détruit les installations portuaires et laisse les plages minées. En 1970, le port de plaisance Olona est créé. En 1989, le Vendée Globe Challenge prend le départ aux Sables d'Olonne. La ville renoue avec son passé maritime, auquel s'ajoutent de nombreuses compétitions nationales et internationales de sports nautiques.

Blason des Sables d'Olonne : d'azur à la Vierge Marie d'argent posée sur une nuée du même, accostée de deux chérubins aux ailes déployées d'argent posé l'un en barre l'autre en bande, accompagnée en pointe d'un vaisseau d'argent ondée voguant sur une mer de sinople.

Origine des armoiries : les armoiries des Sables-d'Olonne remontent au XVIIIe siècle. La municipalité sablaise, dans sa délibération du 07 juillet 1756, demande à l'Intendant du Poitou, le Comte de Blossac, des armoiries pour la maison de ville. Dans les manuscrits de Collinet, les armoiries sont décrites "La Ville des Sables, après avoir formé sa municipalité, composée d'un maire, quatre échevins, huit notables, un procureur du roi, un greffier et un caissier, établit un sceau où les armes de la ville étaient gravées et représentaient une vierge sortant d'un nuage avec deux anges à ses côtés, tenant en mains un flambeau. En dessous était un vaisseau à la voile, le tout surmonté d'une couronne ducale et entouré de la légende : advocata nostra, ora pro nobis. A l'autre côté, de la médaille comme au bas du sceau était écrit : Les Sables-d'Olonne". Eugène Remaud, dans son livre sur Collinet, indique pour sa part que c'est Le Montaran (navire de Collinet), qui arbore le premier de tous un pavillon sablais lors d'un voyage à Terre Neuve en 1765 "Ce pavillon [...] était blanc traversé par une croix rouge. Le premier quartier, en haut et près de la hampe était rouge et portait cinq tours crénelées blanches avec, dans le milieu, les armes et la devise de la ville telle que nous les connaissons".

Pendant la Révolution, selon Henri Tausin (Les devises des villes de France, 1914) faisant référence aux notes d'Amédée Odin, ancien maire des Sables "Sous la Révolution, ainsi qu'il ressort d'un entête de lettre qui semble émaner de la ville des Sables, l'on supprima, dans les armes de la cité, ce qui rappelait l'idée religieuse. On laissa subsister seulement, dans l'écu, le fond d'azur, le vaisseau et la mer, en l'encadrant de l'inscription : LES SABLES DOLONNE et en entourant le tout d'armes de guerre, de projectiles divers et de drapeaux déployés, disposés en panoplie. Plus tard, on revint aux anciennes armoiries". Les armoiries sont reproduites sur les façades de certains bâtiments publics.

Devise des Sables-d'Olonne : Advocata Nostra Ora Pro Nobis. La devise signifie "Notre Avocate, Priez pour nous" ou "O Notre Médiatrice, intercède pour nous".

Drapeau des Sables d'olonne : drapeau logotype.

Logo des Sables d'Olonne : il remplace comme signature municipale, les armoiries en 1988. Il est l'oeuvre du graphiste nantais Patrick Riegert. Le logo est modifié en 2003, "modernisé" par la direction de la communication de la ville avec l'agence Bertaud de Nantes. Tant que nous, Vendéens, regarderons ailleurs qu'en Poitou, notre pays, nos éléments emblèmatiques, nous aboutirons à ce genre d'horreur.

Liens et sources :
- JL. Le Quellec - Dictionnaire des Noms des Villes de Vendée.
-
JL. Le Quellec - La Vendée Mythologique et Légendaire.
- site de la Ville des Sables d'Olonne.
- site de la Ville des Sables d'Olonne - armoiries.
- site de l'Agglomération des Sables d'Olonne.
- site de la Communauté de Commune d'Olonne - études.
- site de l'Office de Tourisme des Sables d'Olonne.
- site du Rugby Club Sablais.

 

Index | France | Poitou historique | Vendée | Drapeaux, armoiries, symboles et emblèmes des Sables-d'Olonne.
©2001 - 2017 Société Vexillologique de l'Ouest | © Thierry Gilabert
Utilisation gratuite et libre des images, si la source "Société Vexillologique de l'Ouest" est indiquée avec un lien renvoyant sur cette page.