Drapeau de Bressuire

BRESSUIRE

Drapeaux, armoiries, symboles et emblèmes de la ville de Bressuire


     

Armoiries de la ville de Bressuire

 


Drapeau du Bocage

Drapeau de la Vendée Militaire
Drapeau de la Vendée Militaire


Drapeau du Poitou-Charentes


Les armes de Bressuire
dans l'Armorial du Poitou
de Charles d'Hozier

Sceau aux armes de Bressuire

 

[79] POITOU. DEUX-SEVRES. BOCAGE. BRESSUIRE. Sous-préfecture chef-lieu du nord-ouest du département des Deux-Sèvres. Capitale du Bocage vendéen. Population 20.000 habitants (les Bressuirais).

Origine du nom de la ville de Bressuire : Il existe deux étymologies pratiquement identiques pour le nom de la ville: certains reconnaissent "la forteresse de la colline" en celtique (gaulois) avec berg- ; d'autres "une hauteur fortifiée" toujours en celtique avec berz-, les deux pour Castrum Berzoriacum.

Histoire de Bressuire : anciennement occupée par des tribus celtiques pictes, la ville est située au carrefour de deux routes antiques importantes. La cité médiévale (le bourg et l'église) et la baronnie des Beaumont-Bressuire dépendaient de la vicomté de Thouars. Sur le formidable éperon rocheux de l'ancien oppidum celtique, les seigneurs de Bressuire vont construire un puissant château qui domine l'ancien bourg. Les auteurs remarquent sa puissance et parlent d'un "luxe de défenses - 31 tours et 5 pour la barbacane d'entrée - signe d'une puissance surprenante pour un arrière-fief". Les murs de la ville se raccordaient au château, le tout construit en granit local, donnant une impression d'extrême solidité. La ville prospèra rapidement dès le XIIe siècle grâce à la fabrication des draps et comptait 10 000 habitants. La guerre de Cent-ans met la ville et le château à l'épreuve. En 1370, la ville est reprise aux Anglais par Du Guesclin. Après le Moyen-Age Bressuire subit le déclin économique du Poitou. Au cours des guerres de religion la ville sera détruite, l'activité économique de la ville s'effondrera et sa population tombera à 3 000 âmes juste avant les représailles de 1793 qui saigneront encore plus la ville. Conquise par l'armée Catholique et Royale, Bressuire est un des foyers de l'insurrection vendéenne et sera brûlée pendant les guerres de Vendée et subira les attrocités de la colonne infernale de Grignon. En 1841, la ville ne compte que 2.650 habitants. A la fin du XIXe siècle, Bressuire connait un nouveau développement économique, notamment grâce à la construction de la gare et à l'ouverture de lignes nationales. Le paysage urbain en est profondément modifié avec des conséquences nettements plus favorables. La ville sort de ses murs. En 1886, la ville compte 4.200 habitants. En 1940, la ville est bombardée par les Allemands. Elle sera libérée le 6 sept. 1944. En 1950, Bressuire retrouve sa vitalité avec l'arrivée de nombreuses petites industries. L'activité industrielle décline peu à peu, à l'instar de la gare. De nos jours la ville s'est beaucoup agrandie. Depuis une quarantaine d'année, la ville et le Bôcage attendent la fin de la construction de la 2x2 voies entre Nantes et Poitiers. Elle est le siège d'une activité tertiaire intense, tournée plutôt vers Cholet/ Nantes, qui fait de cette sous-préfecture, un pôle d'attraction majeur du nord-Deux-Sèvres.

Origine du drapeau de Bressuire : le drapeau de la ville vient directement des armoiries municipales mises en bannière et dont l'élaboration s'est faite naturellement.

Origine des armoiries de Bressuire : Les armoiries de la ville reprennent celles des Beaumont-Bressuire, seigneurs de la ville. Les couleurs (émaux et métaux) des armoiries des Beaumont--Bressuire ont changé suivant les époques et les brisures héraldiques. La famille Beaumont-Bressuire, grande famille féodale, était vassale du vicomte de Thouars.

Officialisation : Les armoiries municipales ont été enregistrées telles quelles en 1701 dans l'Armorial Général de France. Elles ont été confirmées en 1861 par la municipalité. Le drapeau de Bressuire est reconnu par un usage officiel sur la caserne des pompiers et sur les bâtiments municipaux. On retrouve les armes un peu partout en ville, affichage municipal et autres.

Lors de la construction du nouveau tribunal de Bressuire, l'architecte Chevillard de Poitiers demande au maire de lui fournir des renseignements sur les armes de la ville pour les sculpter sur le fronton du bâtiment (extrait du registre de délibération du conseil municipal du 10 août 1861). Pour obtenir ces informations, le Maire M. Bienvenu écrit à M. Borel d'Hauterive, archiviste paléographe à Paris. Ce dernier signale au Maire par lettre du 16 juillet 1861 que les armes de la ville de Bressuire ont été enregistrées le 1er juillet 1701 à l'Armorial Général de France. Les armes y sont décrites et figurées d'argent, à l'aigle éployé de sable. En 1865, le Maire de Bressuire fait exécuter un cachet à la cire à M. Pacot, graveur à Paris, figurant l'aigle bressuirais.

Liens et sources :
- Fougeyrollas Cl-André - Armorial des Communes des Deux-Sèvres.
- Poignat Maurice - Le pays de Bocage.
- Cassagne & Seguin - Origine des Noms des Villes des Deux-Sèvres.
- Site de la ville de Bressuire.
- Site Vivre Bressuire.
- information Tourisme en Deux-Sèvres.

- photos aériennes de Bressuire.

 

Index | France | Poitou-Charentes | Deux-Sèvres | Drapeaux, armoiries, symboles et emblèmes de Bressuire.
©2001 - 2017 Société Vexillologique de l'Ouest | Dessins © Thierry Gilabert
Utilisation gratuite et libre des images, si la source "Société Vexillologique de l'Ouest" est indiquée avec un lien renvoyant sur cette page.