Drapeau du Vatican

CITE DU VATICAN

Drapeaux, armoiries, symboles et emblèmes de l'Etat de la Cité du Vatican.


[VATICAN] CITE DU VATICAN. L'Etat de la Cité du Vatican, Status Civitatis Vaticanae, Stato della Città del Vaticano est une Cité-Etat indépendante, créée le 11 février 1929 par le Traité de Latran. La cité est enclavée dans la ville de Rome. L'Etat est une théocratie, gouvernée par la Pape, Evêque de Rome, Chef de l'Eglise Catholique. Bien que distincte du Saint-Siège, la Cité-Etat est dominion, autorité souveraine et juridiction du Saint-Siège. La cité abrite des monuments remarquables comme la Basilique Saint-Pierre, la Chapelle Sixtine et les musées du Vatican. La Cité du Vatican est le plus petit état du monde en superficie et population. Superficie 44 ha. Population 1 000 habitants.

Origine du nom de la Cité du Vatican : le nom officiel est apparu avec la création de la cité moderne, après la signature du Traité de Latran du 11 février 1929. Le nom "Vatican" vient du nom latin de la colline sur laquelle la cité est bâtie, Mons Vaticanus. Vaticum, signifie "jardin". Le nom officel en italien est Città del Vaticano ou Stato della Città del Vaticano. Le Saint-Siège et l'Eglise Catholique utilisent officiellement le nom en latin ecclésiastique, Status Civitatis Vaticanae.



Sceau du Vatican

Emblème du Vatican

Armoiries du Vatican

 

 

Géographie de la Cité du Vatican : le nom "Vatican" précède le Christianisme et vient du Latin Mons Vaticanus pour "Mont du Vatican". Le territoire de la Cité du Vatican couvre une partie du Mons Vaticanus et des anciens champs adjacents. C'est sur ce territoire que la Basilique Saint-Pierre, la Place Saint-Pierre, le Palais Apostolique, la Chapelle Sixtine et les musées ont été construits, ainsi que divers autres bâtiments du Saint-Siège. La cité est incluse dans l'enceinte fortifiée aménagée par Léon IV (847 - 855), puis agrandie sous Paul III (1534 - 1549). Ces murs délimitent encore aujourd'hui le territoire de la Cité du Vatican.

Histoire de la Cité du Vatican : les origines de la domination temporelle des papes peuvent être considérées sous deux aspects, l'un de fait et l'autre de droit. A partir du VIe siècle, la dissolution progressive du pouvoir byzantin en Italie centrale et la constitution du duché romain, la figure du pape est d'abord apparue pour se joindre à celle du duc impérial. Puis les papes sont devenus pleinement titulaires de pouvoirs souverains dans le centre de l'Italie. En plus de ceux-ci, la Donation de Sutri (728), le Promissio Carisiaca (754 et 774) et la Constitution Romaine (824) ont été les bases fondatrices des Etats Pontificaux. résumé.

Drapeau de la Cité du Vatican : parti, au I d'or, au II d'argent à deux clefs croisées d'or et d'argent sommées de la tiaire pontificale ou Trirègne. Le drapeau est divisé verticalement en deux bandes, une en or (jaune) au hissant et une en argent (blanc) avec les clefs de Saint-Pierre (Chiavi di San Pietro) croisées surmontées du Trirègne, au flottant. Le jaune et le blanc du drapeau se réfèrent également aux couleurs des clefs. Il est communément appelé le «drapeau papal» (italien, bandiera pontificia). La conception du drapeau de la Cité du Vatican est spécifiée dans sa constitution, avec une annexe qui en fournit une illustration. En dehors des drapeaux de cérémonie qui sont carrés, logiquement, la constitution ne spécifie pas les proportions des drapeaux d’Etat affichés sur les bâtiments officiels. Dans la pratique actuelle au Vatican, les drapeaux sont rectangulaires.

Officialisation du drapeau de la Cité du Vatican : loi fondamentale de l’Etat de la Cité du Vatican du 26 novembre 2000. Acta Apostolicae Sedis, supplément, 01.02.2001, Annexe A. La loi fondamentale de l'Etat de la Cité du Vatican du 26 novembre 2000, ainsi que la précédente loi fondamentale du 7 juin 1929, sont accompagnées de la reproduction du drapeau officiel, avec la description "drap de soie jaune et blanc, le blanc chargé au centre des clefs de Sa int-Pierre croisées surmontées du Trirègne". Le dessin montre que la hampe est une lance à lacets ornée d’une rosace des mêmes couleurs que le drapeau et bordée d’or. Les dimensions ne sont pas spécifiées.

Dans l'Etat de la Cité du Vatican, le drapeau du Vatican est arboré aux occasions spécifiées par la Commission Pontificale pour l’Etat de la Cité du Vatican, son organe législatif, y compris les anniversaires du pape et les fêtes religieuses catholiques. Le drapeau est arboré lors de solennités religieuses et civiles, également, pour le jour du nom, l'anniversaire et l'anniversaire de l'élection et du début solennel du ministère du pape, l'anniversaire de la conciliation entre le Saint-Siège et l'Italie, les réceptions officielles des chefs d'Etat, les visites officielles du Saint-Père à Rome, les béatifications, les canonisations, les cérémonies d'ouverture et de clôture de la Porte Sainte. Le drapeau est hissé à l'aube et est retiré au coucher du soleil. Il vole également dans les propriétés du Saint-Siège situées à l'intérieur et à proximité de Rome, qui bénéficient de l'immunité extraterritoriale prévue par le Traité de Latran de 1929 et les accords ultérieurs. À la mort du pape, il volera à demi-employé, jusqu’à l’achèvement du deuil de neuf jours qui suit ses obsèques (les novemdiales). Le drapeau papal flotte également dans les missions diplomatiques du Saint-Siège, en particulier ses non-gynécules apostoliques (ambassades du pape).

Armoiries de la Cité du Vatican : de gueules à deux clefs or et argent, posées en sautoir, cordées du champ, surmontées du Trirègne dont pendent deux rubans ornés de petites croix pattées. Les clefs symbolisent les clefs du Royaume des Cieux (selon l'Evangile de Matthieu 16:19) données par Jésus-Christ à Saint Pierre, avec le pouvoir de lier et de délier. Les papes sont considérés comme les successeurs de Pierre. Les clefs de Saint-Pierre étaient remises au pape lors de la prise de possession de sa cathédrale, l’archibasilique de Latran. Les poignées des clefs sont en bas, car elles sont dans la main du pape, les mécanismes sont en haut, vers l'extérieur, car le pouvoir de lier et de délier engage le Ciel. Les pannetons sont évidés en forme de croix pour rappeler que le pape reçoit ses pouvoirs par la mort du Christ. La clef en or, qui va de dextre à senestre, représente le pouvoir spirituel de l'Eglise qui s'étend au ciel, l'autre est en argent figurant le pouvoir temporel. Les clefs en or et en argent sont des éléments importants du symbolisme du Saint-Siège depuis le XIIIe siècle, elles sont unies par un cordon de gueules, en signe de l'union des deux pouvoirs. L'ordre des clefs sur les armoiries de la Cité du Vatican est inversé sur les armoiries du Saint-Siège, afin de distinguer les deux entités. Le Trirègne ou tiare pontificale est composé de trois couronnes qui représentent les attributions du pape comme pasteur, docteur et chef suprême de l'Eglise. La croix or sur la tiare symbolise le sacrifice de Jésus-Christ pour l'Humanité. Loi fondamentale de l'Etat de la Cité du Vatican du 26.11.2000. Acta Apostolicae Sedis, supplément, 01.02.2001, Annexe B.

Sceau de la Cité du Vatican : le sceau reprend les clefs et la tiare, sans le fond rouge ni écu, inserrées dans un rond sigilaire avec la légende STATO DELLA CITTA DEL VATICANO avec une étoile à huit branches. Loi fondamentale de l’Etat de la Cité du Vatican du 26.11.2000. Acta Apostolicae Sedis, supplément, 01.02.2001, Annexe C.

Emblèmes de la Cité du Vatican : les Clefs de St-Pierre, la Tiaire ou Trirègne. La tiare est la coiffure du pape, en forme de cône ovoïde, cintrée de trois couronnes d'or, de laquelle pendent deux rubans rouges et blancs chargés de croix or. Autrefois, on appelait regnum la couronne des empereurs et des rois. Avec l'ajout de la deuxième couronne par Boniface VIII puis de la troisième par Benoît XI, la tiare pris le nom de triregnum. Elle symbolise le triple pouvoir du pape, père des rois, régent du monde et Vicaire du Christ. L'usage de la tiare dans les cérémonies solennelles, a été abandonnée depuis le Pontificat de Paul VI.

Emblèmes du Saint-Siège : identiques aux emblèmes de la Cité du Vatican, mais les deux clefs sont inversées. Pendant la vacance (ou sede vacante), la tiare est remplacée par l'ombrellino. L'Ombrellino ou ombrelle ou gonfalon ou pavillon pontifical est une sorte de parasol à demi-ouvert, de couleurs gueules et or, dont l'armature de bois est recouverte de bandes de soie, alternativement gueules et or. La hampe se termine par un globe surmonté d'une croix, dorés. Il est porté lors des processions pour abriter le pape, un cardinal ou un évêque. L'ombrellino blanc abrite le Saint-Sacrement, Les couleurs gueules et or sont celles du gouvernement pontifical, héritées de la Rome antique où elles étaient celles du Sénat. Il abritait la royauté dès l'Ancien Testament, et constitue, avec le tintinnabule ou sonnette, l'un des emblèmes réservés aux basiliques. Dans les basiliques, l'ombrellino est conservé près de l'autel. Le pavillon aussi est le timbre héraldique des basiliques, avec les clefs pour les basiliques majeures, seul pour les basiliques mineures. Accompagné des clefs de Saint-Pierre, il est l'emblème de la Sainte-Eglise Catholique Romaine, notamment en son pouvoir temporel, du Collège des Cardinaux, de la Chambre Apostolique, des séminaires et instituts pontificaux, et aussi du Saint-Siège lorsque celui-ci est vacant. Pendant la vacance du siège romain, le cardinal camerlingue de la Sainte-Eglise Catholique Romaine en timbre ses armoiries. Son usage apparaît vers le XVe siècle.

Hymne pontifical : Inno e Marcia Pontificale ou la Marche Pontificale. En 1950, à l'occasion de l'Année Sainte, le Pape Pie XII voulut que la Marche Pontificale de Charles Gounod (1818-1893) devint l'hymne officiel de l'Etat de la Cité du Vatican. La Marche pontificale, prend le nom de Hymne pontifical et remplace ainsi le vieil hymne composé, par Vittorino Hallmayr en 1857.  Gounoud avait composé pour le Jubilé sacerdotal du Pape Pie IX cette marche qui fut exécutée, pour la première fois le 11 avril 1869, sur le parvis de la Basilique Saint-Pierre, en présence du Souverain Pontife.

Langues de la Cité du Vatican : le Latin et l'Italien. La langue officielle des Etats Pontificaux était le latin, dans lequel les publications officielles et institutionnelles étaient écrites. Le latin était également largement utilisé comme langue véhiculaire par la hiérarchie ecclésiastique au Moyen-Age, pour être progressivement remplacé par l'italien dans les temps modernes. L'enseignement élémentaire en italien était obligatoire et gratuit pour tous les enfants de l'Etat. Cependant, la population parlait généralement des dialectes locaux, le dialecte romain, le ciociaro, le sabino, les dialectes de l’Ombrie, les dialectes des Marches, les Bolognais, les Romagnols. Il existait également des groupes minoritaires parlant les dialectes de Campanie à Benevento et à Pontecorvo. A Avignon, ville papale pendant près de cinq siècles, la langue la plus répandue était le provençal, avec le Français. L'allemand est la langue officielle de la Garde Suisse.

Liens et sources :
- site du Bureau de Presse du Saint-Siège.

- site Bandiere - Drapeaux des Etats de la Cité du Vatican.


 

Index | Drapeaux, armoiries, symboles et emblèmes de la Cité du Vatican.
Utilisation gratuite des images et fichiers HD sur demande, si la source "Société Vexillologique de l'Ouest" est indiquée avec un lien renvoyant sur cette page.
©2001 - 2021 Société Vexillologique de l'Ouest.